Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 12:01

drapeau-bresil L'éviction de tous les produits laitiers est la première règle de la Diététique ancestrale du Dr Jean Seignalet.

Si la consommation des produits laitiers semble être dans l'ordre commercial du modernisme au Brésil (comme en Chine),cela ne me semble nullement être un progrès, n'en déplaise à la belle devise du drapeau brésilien ! 

 

 

 

Interview pour une revue brésilienne (Revista Planeta), par Madame Renata Valério de Mesquita : journaliste, qui m’a posé les questions pertinentes suivantes, sur le poison laitier. 

 

Q:  Par Nature, les mammifères ne consomment pas de lait, lorsqu’ils sont adultes.
 Les habitudes alimentaires modernes de l’homme semblent différentes, pour quelles raisons les produits  laitiers ont-ils  été incorporés à l’alimentation des adultes ?

R: La relative stabilisation du génome humain, c’est-à-dire la création de l’espèce humaine  (la  « spéciation » de l’Homo sapiens sapiens) date de 200 000 ans environ, c'est-à-dire au  paléolithique. C’est la période des «cueilleurs- chasseurs- nomades qui  se poursuivra jusqu’à la sédentarisation et l’invention de l’agriculture et de l’élevage au néolithique, c’est-à-dire à moins 10 000 ans. La consommation de lait des mammifères, non humains, n’existe que depuis cette période pour l’espèce humaine. C’est l’alimentation principale, avec la viande, des éleveurs pasteurs qui vivent avec leurs troupeaux et qui vont parcourir les grandes plaines de l’Asie pendant des milliers d’années. Seuls les descendants de ces populations ont gardé, à l’âge adulte, la possibilité enzymatique de digérer le lactose  (le sucre du lait des mammifères) ce qui correspond environ à 15 % de la population mondiale adulte seulement. 85 % de la population mondiale adulte a perdu la possibilité de digérer le lactose avec ses propres possibilités génétiques humaine. Ce simple constat peut déjà évoquer la possibilité que le lait des mammifères ne soit  pas adapté à l’individu adulte ou que la vitesse d’adaptation de l’Homme aux laits des mammifères ne semble pas correspondre (malgré nos désirs) aux nouvelles habitudes alimentaires modernes…

En conclusion, les humains ont-ils réellement besoin du lait et si oui en quelle quantité ?

 Mes observations personnelles, l’Epidémiologie (celle qui est indépendante des lobbys)  de beaucoup d’affections alimentaires, la Biochimie,  notamment celle des protéines des produits laitiers animaux montrent que les mammifères humains ont besoin seulement du lait humain de leur maman, lorsqu’ils sont nourrissons. Lorsqu’ils ne le sont plus… ils ne doivent plus téter la vache, la brebis ou la chamelle. Croire que le lait des mammifères est interchangeable d’une espèce à l’autre, au prétexte qu’il possède la même couleur blanchâtre, procède de la même bêtise, que de croire que le sang des mammifères est interchangeable, parce qu’il est rouge. Les humains n’ont pas besoin de lait de la vache, qu’il faut savoir garder pour son veau.

Les dérivés du lait suivent-ils la même logique ?

Les dérivés du lait fermenté sont légèrement plus digestes, car les bactéries et les levures facilitent la digestion du lactose, ce qui occasionne moins de gaz intestinaux. Les fromages concentrent cependant les protéines antigéniques à action toxique pour le système immunitaire et les protéines de croissance qui ne sont pas destinées par la Nature aux humains. Les lipides du lait sont des lipides saturés inutiles, que nous savons nous-mêmes fabriquer et du cholestérol en trop, puisque le foie humain le fabrique déjà à la dose utile. Non seulement le lait est inutile et nuisible…mais ses dérivés avec.


Dans le livre que vous avez écrit, j’ai lu que l’absence de produits laitiers chez l’adulte, ne produirait pas les cas d’ostéoporose aujourd’hui ? Au contraire la consommation excessive de produits laitiers entraînerait d’autres problèmes de santé, lesquels et pourquoi ?

 L’ostéoporose n’est en aucune façon un manque de calcium alimentaire. Cette fable scandaleuse a été construite par les lobbys de l’industrie laitière et certains « experts » médicaux  grassement nourris par leurs « publications » commanditées par l’intérêt mercantile.     L’épidémiologie, encore une fois, montre que c’est dans les pays à forte consommation de produits laitiers, qu’il existe le plus grand nombre de femmes atteintes par l’ostéoporose. J’ai vu personnellement un grand nombre de femmes, qui avaient mangé du fromage et du lait quotidiennement durant 50,60 ou 70 ans, présenter des ostéoporoses sévères, alors qu’elles n’avaient jamais manqué de calcium laitier !

Les maladies provoquées  et favorisées par le lait animal sont très nombreuses et atteignent l’espèce humaine… dès qu’elle en consomme : maladies digestives : brûlures, ballonnements, constipation, diarrhées ; maladies des muqueuses respiratoires : inflammation chronique favorisant les infections microbiennes, otites sinusites ou rhume à répétition ; maladies cutanées : sécheresse, démangeaison, acné…Rhumatismes divers : tendinites, arthrites, raideurs, fatigue. Maladies auto-immunes et Immuno allergique: polyarthrites immunes, sclérose en plaques, asthme, diabètes de type un et de type deux, etc. Les raisons de ces problèmes de santé sont d’ordre immunologique, puisque le système immunologique de l’espèce humaine ne supporte pas une alimentation qui ne lui est pas destinée par Nature et qu’il juge antigénique. Les vitesses d’adaptation dues à l’Evolution darwinienne ne sont pas aussi rapides que les modifications récentes de l’alimentation moderne.

Qu’est-ce qui peut, selon vous, remplacer le lait  en ce qui concerne l’apport calcique nécessaire?

Le calcium très abondant dans le lait de la vache va construire le solide squelette du veau pour qu’il tienne debout seulement une heure après sa naissance pour téter la vache, qui ne le prend pas dans ses petits bras. Le calcium bovin du lait n’est pas bio disponible pour l’être humain. Le calcium de l’eau de source, le calcium des végétaux est largement suffisants pour l’être humain.

Pourquoi les cas d’intolérance au lait et d’allergies sont de plus en plus nombreux chez les enfants ?

Tout simplement parce que l’on consomme de plus en plus de produits laitiers animaux et qu’on a la mauvaise idée de donner de plus en  plus tôt du lait de vache aux nourrissons. Les mères arrachent du sein maternel leur nourrisson pour les mettre sous le pi des vaches, avec la bénédiction des fabricants de laits maternisés, qui ne sont malheureusement pas des laits humanisés. Une mère qui allaite, tout en consommant du lait de la vache, ne sait pas que la composition de son propre lait est contaminée par des éléments nutritionnels bovins qui vont irriter le système immunitaire de son nourrisson et rendre le bébé « allergique » au lait de sa maman. Le poison laitier s’avance souvent masqué.


 Jusqu’à quel âge le lait peut-il être bénéfique pour les gens ?

Une mère devrait allaiter son nourrisson neuf mois minimum, les africaines allaitent un an, deux ans, voire trois ans leur nourrisson. L’être humain n’a aucun bénéfice à consommer du lait d’une autre espèce que la sienne, il n’existe que des désagréments voire des maladies graves à en consommer à n’importe quel  âge de la vie ou tout au long de sa vie.

 Cette augmentation d’intolérance et d’allergie au lait est-t-elle due à de meilleures méthodes de diagnostics précoces ou à une surconsommation de produits laitiers ?

Il est tout à fait logique d’assister à la progression des pathologies dues aux produits laitiers qui suivent des courbes parallèles aux progressions de consommation et de productions laitières.      Il est certain que les industriels laitiers ont intérêt à montrer que la progression du nombre des maladies est due aux meilleures détections médicales. Il leur faut absolument neutraliser les études scientifiques indépendantes qui montrent que les produits laitiers animaux sont des poisons pour l’être humains. Il se pourrait même qu’au Brésil, on assiste à ce qui s’est passé en France dans les années 1950. Pendant quelques années, les autorités gouvernementales, animées des meilleures intentions du monde, ont distribué dans les écoles primaire du lait gratuitement, pour « améliorer » la Santé Publique et relancer l’industrie laitière.

Dans une étude nutritionnelle brésilienne, une modification dans l’alimentation des vaches a produit un lait avec  plus de vitamine E., plus de sélénium, ce qui semble avoir été très bénéfique pour la santé des enfants et des personnes âgées.  A votre avis, inventer un lait plus riche, en y rajoutant des nutriments (alicament) relève-t-il d’une simple opération commerciale ou n’est-elle pas une bonne solution pour compenser une alimentation déficitaire dans un pays pauvre, comme le Brésil ?

Malgré tous les efforts agronomiques pour améliorer la composition du lait de la vache et la rapprocher le plus possible du lait humain, il sera impossible de modifier des protéines messagères dans leur structure complexe, primaire, secondaire, tertiaire, et même quaternaire, pour transformer les protéines bovines en protéines humaines. Rajouter des minéraux, des vitamines des oligo-éléments, à un aliment   très temporaire, spécifique à chaque espèce, qu’ont inventé les mammifères pour leurs petits, me semble une opération fallacieuse, avec un raisonnement biaisé, naïve et vouée à l’échec à moyen et long terme. Un poison, auquel on rajoute de très bons ingrédients, reste un poison. Essayer d’améliorer l’alimentation déficitaire d’une population d’un pays pauvre pour augmenter la Santé Publique est un noble but politique. Ce but doit être détaché des intérêts mercantiles et même économiques trop hâtifs, en s’appuyant  sur les connaissances scientifiques des chercheurs indépendants et les cliniciens qui observent les dégâts objectifs de la « civilisation lactée »  et de l’alimentation moderne industrialisée. Au prétexte de modernisme, il ne faudrait pas que le Brésil recommença les mêmes erreurs alimentaires qui conduiraient aux mêmes conséquences  sanitaires : obésité morbide, diabète, cancers, affections cardio-vasculaires, maladies auto-immunes, etc.

Qu’au moins, le Brésil sache utiliser les erreurs des autres, c’est le vœu chaleureux que je formule en ce début d’année 2014, ce dont je ne doute pas.

Docteur Jean-Pierre Poinsignon. Rhumatologue.

janvier 2014.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Docteur Poinsignon
commenter cet article

commentaires

Bernadette Ragot 17/01/2015 16:58

J'aime votre blog.
Je partage vos idées sur Kousmine, Seignalet et David Servan Schreiber.
C'est ce qui m'a conduit à concevoir les produits HOLONAGE dont votre patiente Madame Deutsch vous a parlé; Je garde précieusement vos coordonnées pour, si vous l'acceptez, les communiquer à certains de mes client(e)s à qui l'huile HOLONAGE D ne suffit pas à résoudre leurs difficultés et qui restent très attaché(e)s .à l'idée que nous somme faits de ce que nous mangeons.
Merci

Dr Poinsignon 19/01/2015 12:42

Chère madame,
Merci de votre attention.Plus nous serons nombreux à défendre cette Diététique de bon sens,moins il y aura de malades intoxiqués par l'alimentation moderne.Il y a encore beaucoup de travail à faire !

Présentation

  • : Le blog du docteur Poinsignon
  • : Changer l'alimentation "moderne" pour améliorer la santé. Augmenter la Liberté de choix alimentaire par la connaissance des nutriments.
  • Contact

Visiteurs

 

  visiteurs sur Overblog

  visiteurs actuellement sur ce blog

Recherche

Liens