Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2018 5 03 /08 /août /2018 17:19

10 conseils contre L’ARTHROSE : la « Maladie d’encrassage » articulaire du  Dr Jean Seignalet, la plus répandue au Monde.                            

 

 

 

  
 

 

10 conseils contre l’ARTHROSE.

Les premières convictions accrochées aux cerveaux humains ont du mal à laisser la place…. Le conformisme est peut-être un signe de vieillissement. Les certitudes erronées ont malheureusement la vie longue ! Les connaissances scientifiques nouvelles ont du mal à être divulguées, pour effacer celles devenues obsolètes. Ces remarques, en préambule, s’appliquent, bien évidemment, au trouble articulaire le plus fréquent au monde : l’arthrose. L’arthrose est une maladie des cartilages articulaires et non une simple usure du au vieillissement. L’épigénétique, la nouvelle Science de la Vie, "au-dessus de la génétique", démontrera que l’arthrose est plus en relation avec nos modes de vie modernes et nos sottes  habitudes alimentaires, qu’en liaison directe avec une programmation génétique héréditaire malencontreuse. (À part peut-être, l’arthrose des bouts des doigts : « arthrose d’Heberden », liée aux gènes du vieillissement.) L’arthrose n’est pas due au hasard ou à une quelconque malédiction.

 

Constater l’absence d’arthrose symptomatique chez de nombreuses  personnes âgées est difficile à faire par le rhumatologue, qui par un biais d’exercice professionnel, observe et soigne une énorme proportion de malades d’arthrose, relativement âgés. La conclusion empirique, encore en place dans les mentalités, consiste à entretenir l’idée que l’arthrose est une usure articulaire de vieux patients et qu’il n’y a rien à faire pour l’éviter, de la même façon que, l’on ne peut pas éviter de devenir vieux , alors que le processus cellulaire « dégénératif » commence des dizaines d’années avant l’âge de la vieillesse.  

La Médecine connaît quelques déterminismes arthrosiques, du fait d’une malformation articulaire discrète (par rapport aux canons biomécaniques très stricts) ou de traumatismes articulaires anciens : appelés « arthroses secondaires ». La rhumatologie moderne ne sait pas, hélas, inverser le processus de dégénérescence cartilagineuse de « l’arthrose primitive », qui peut prendre quelques dizaines d’années en commençant chez le jeune adulte. La médecine peut soulager la « crise d’arthrose », qui correspond à une inflammation douloureuse de l’articulation malade. En sachant toujours que le meilleur des anti-inflammatoires est le repos et le ménagement articulaire.

Le processus d’encrassage alimentaire civilisationnel, involontaire il est vrai, de l’individu, pendant des dizaines d’années, conduit la cellule productrice de cartilage a moins produire, dans un milieu intérieur ambiant empoisonné et bien moins nettoyé par les cellules de l’immunité. Ce terrain encrassé conduit à une diminution du  turnover de production de ce gel élastique aux qualités extraordinaires : le cartilage articulaire. L’arthrose peut atteindre toutes les articulations mobiles du corps humain avec des symptômes cliniques indépendants des atteintes structurelles réelles, objectivables, seulement, en radiologie. Une articulation peut très bien faire souffrir, sans aucun signe radiologique d’arthrose. Une articulation très arthrosée peut rester longtemps non douloureuse, puis faire une poussée aiguë très douloureuse, révélatrice… ces dernières lignes sont résumées par l’aphorisme médical concis : « Dans l’arthrose, il n’existe pas de parallélisme radio-clinique ».

 

Voici 10 conseils que je me permets de donner en tant que rhumatologue, disciple de Seignalet, pour essayer d’éviter l’arthrose ou lorsqu’on  en a déjà, bien gérer son arthrose,  pour éviter qu’elle ne se développe trop ou trop rapidement.

 

1.    Je m’hydrate. La substance la plus importante d’une articulation est cette matière mystérieuse, pour la plupart, qu’est le cartilage articulaire, plus lisse que la glace et qui a un coefficient de friction inférieure à deux glaçons qui glissent l’un sur l’autre….Sans entrer dans la biochimie du cartilage, il est fait de plus de 75 %....d’eau ! Le conseil numéro un pour entretenir le capital cartilagineux et peut-être améliorer l’état les articulations est celui d’une hydratation suffisante. Les gros problèmes chez l’être humain c’est, qu’il attend d’avoir soif… pour boire de l’eau…. de plus, la sensation de soif s’altère au fil du vieillissement. Dès que l’on a soif… c’est déjà trop tard… ! Car, il existe une déshydratation des tissus profonds et plus spécifiquement des tissus, qui ne possèdent aucun vaisseau sanguin…comme le cartilage articulaire. Dernier "détail" : pour éliminer une molécule d’alcool de son organisme, il faut quatre molécules d’eau. L’alcool éthylique (C2H5OH) est un puissant déshydratant. Attention aux alcools forts (supérieure à 20° alcooliques) qui déshydratent.

 

2.    Je mange beaucoup de fruits et de légumes crus. Le cartilage est structuré (au sens architecturalement)  par  des arceaux de fibres de collagènes tressés. Le collagène est une protéine nécessitant de la vitamine C pour sa fabrication solide et résistante par la cellule constructrice : le chondroblaste. (Cru ou le moins cuit possible, puisque la chaleur de cuisson,(supérieure à 110 °C) détruit la vitamine C.)

 

3.    Je fais de l’exercice sans excès. Les cellules qui fabriquent les cartilages ont besoin d’être stimulées mécaniquement pour le produire, c’est-à-dire qu’il faut du mouvement pour avoir un cartilage de bonne qualité ; le troisième conseil doit donc être celui de marcher, courir, sauter….en fait de « bouger », puisque les articulations sont faites pour s’articuler. Je pratique une activité sportive pour le seul plaisir personnel. Les sports de contacts violents  comme le rugby, les sports d’endurance comme le trail ou bien même le footing sur sol dur, avec des articulations, qui ont des défauts de stabilité ou bien d’axes… génèrent des articulations arthrosiques…même à 30 ans. Une articulation traumatisée à toutes les malchances de devenir arthrosée.

 

4.    Je diminue ma ration de produits laitiers  jusqu’à une éviction totale et définitive. (sic).  Il est de plus en plus notoire sur le plan scientifique (pas encore sur le plan commercial) que les produits laitiers animaux contiennent des protéines immunogènes et  hormonales de croissance, spécifiques aux 4500 différentes espèces de mammifères ( dont nous sommes), habitants la planète " terre" ». Les laits des différents mammifères ne sont pas interchangeables…comme ne sont pas interchangeables, dans leurs fonctions respectives, les autres tissus biologiques liquides des mammifères : sang, lymphe, salive, bile, sperme, etc.. Toutes les cellules du mammifére humain et notamment (puisqu’il est question ici d’arthrose) les structures articulaires  (tendons, ligaments, capsules, cartilages, os) payent un lourd tribut aux dénis de ces évidences biochimiques, épigénétique, évolutionnistes, ontologiques, etc.,    non commerciales… il est vrai.

 

5.   Je perds du poids. Ou plus exactement j’essaye de brûler ma Masse grasse (le Poids est fonction de l’altitude où l’on habite : P=Mg). Indépendamment de la pression exercée, par le surpoids, sur les petites surfaces des articulations portantes (vertèbres, hanches, genoux, etc.)  qui surmène les possibilités de supporter la  pression du tissu cartilagineux, qui a lui-même des limites d’élasticité, il existe des protéines (adipokines) sécrétées par les cellules graisseuses, délétères  pour le cartilage articulaire. (La connaissance nouvelle de ces protéines aident à expliquer l’arthrose cervicale, très précoce -avant 30 ans- chez les personnes en surcharge pondérale, alors que le poids de la tête humaine est somme toute, assez constant… chez les "maigres" et chez les "gros".)

 

6.    J’écoute mon intestin. Il n’existe pas de bonnes articulations sans bon fonctionnement intestinal. Tous les troubles du transit occasionnent  tôt ou tard, des problèmes de santé, des altérations des structures articulaires et bien évidemment de notre fonction locomotrice. Comme le souligne Giulia Enders dans son excellent livre de vulgarisation joyeuse, la matière fécale idéale doit être moulée, ne pas salir l’anus, avec une exonération par jour ! Si ce n’est pas le cas… vous avez forcément un problème avec votre intestin et votre alimentation avec en premier suspect "le gluten". De la simple intolérance, en fonction de la dose admissible de gluten, par vos enzymes et votre système immunitaire, jusqu’à la maladie cœliaque avérée, tous les degrés de signes pathologiques sont désormais mis en évidence… par l’éviction totale du gluten pendant au moins une durée de six mois. Si, à la réintroduction du gluten des symptômes réapparaissent….. À vous de conclure le degré de votre intolérance et la dose admissible. Les cent mille gènes des 2 kilogrammes-masse de microbes, qui vivent en permanence dans notre intestin et que l’on nomme désormais « le microbiote », s’ajoutent à nos  modestes 25 000 gènes d’Homo sapiens sapiens , pour nous aider à pallier notre vieillissement génétique, nos défaillances enzymatiques, nos mutations délétères et conserver notre santé physique et psychique.

 (La relation entre notre microbiote et notre psychisme  est l’objet de recherches. Les microbiologistes savent déjà  que la souris contaminée par le "toxoplasma gondii" n’a plus du tout peur des chats. Ce fameux micro-organisme préfère être l’hôte du félin, que du petit rongeur, en modifiant le comportement instinctif de ce dernier… pour qu'il se fasse manger !) 

 

7.    Je prends conscience de la nécessité vitale du soleil sur l’être humain, mammifère  diurne, que je suis et demeure. Sans tomber dans les outrances de la « toast attitude irraisonnable » des plages, ni les cabines à UV, une activité physique au soleil devient la source naturelle de production de la vitamine D, véritable hormone de Santé. La vitamine D agit, entre autres, sur l’os, les muscles, donc sur toute fonction articulaire. Sans soleil…. directement sur la peau, une supplémentation en vitamine D. s’impose à tous les âges de la vie : nourrissons, enfants, adolescents, adultes, vieillards.

 

8.    Je me méfie du surcuit, des grillades, des fritures et je diminue les températures de cuisson… (Limite maximum  110° Celsius) quitte à augmenter les temps de cuisson, j’en profite pour jeter à la déchetterie mon four à micro-ondes et j’achète un cuit-vapeur douce, à un seul étage. Les « molécules de Maillard » créées par les hautes températures de cuisson sont toxiques (sic) pour toutes les cellules humaines et les articulations…cartilages compris.

 

9.     Je suis prêt à changer d’habitudes mais de manière progressive donc durable. Le plaisir alimentaire repose sur mes goûts alimentaires, directement issues de ma Culture. Mes certitudes, dans le choix de ces aliments devraient être modelées par une meilleure connaissance de ceux-ci …et non, plus jamais, sur un discours et des conseils mercantiles. Les Connaissances Nouvelles  s’acquièrent par du travail personnel en triant, les lectures sincères et désintéressées… ce qui n’est pas si facile à faire.

 

10.  Je consulte un médecin en cas de douleurs articulaires spontanées ou à l’effort  et j’exige de lui un diagnostic précis et non pas celui d’une vague « douleur rhumatismale à cause de l’âge » ou d’une « tendinite », "fourre douleur" commode de facilité. Je recherche surtout un traitement de la cause et non un médicament cache-misère du symptôme, que je lui exprime. Avec l’arthrose le gros problème,  c’est qu’il n’existe pas de traitement de la cause, par la médecine officielle ; par contre, il existe plus de 40 traitements symptomatiques,  qui prétendent tous, diminuer l’inflammation de la crise, rendre la souplesse articulaire et la fonction antérieure, faire repousser le cartilage…. le Graal de l’arthrose… et pourquoi pas …vous rendre vos 20 ans et toutes vos dents… ? Si tout cela était vrai… les chirurgiens orthopédistes, qui placent des merveilleuses prothèses, seraient au chômage… or, ils ne le sont pas ! Mes correspondants "chir-ortho"se portent bien…. J’espère qu’ils ne m’en voudront pas…. si un jour… !?...    Je suis suivi dans mes conseils !

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Docteur Poinsignon - dans Santé

Présentation

  • : Le blog du docteur Poinsignon
  • : Changer l'alimentation "moderne" pour améliorer la santé. Augmenter la Liberté de choix alimentaire par la connaissance des nutriments.
  • Contact

Visiteurs

 

  visiteurs sur Overblog

  visiteurs actuellement sur ce blog

Recherche

Liens